Vie & mort d’un paysage

manuit

1. Vols clairs des oiseaux boules bondissantes poteaux haies herbes hautes frondaisons le camion sur la ligne d’horizon dans le bouillon des arbres ou alors partir du sujet à l’ombre jean chemise blanche fauteuil en bois couleur gris nuage à regarder les deux cerises accrochées au fil de fer barbelé la mouche sur le pantalon comme une inscription vent chaleur interrogations.

2. Vol puissant du geai taureau curieux soleil des graminées l’ombre d’un nuage vers la cabane retapée rejoignant les secrets de son arbre comme moi sous mon cerisier le vent dans les feuilles le bruissement des feuilles le frôlement des feuilles le souvenir de mon rêve la nuit dernière.

3. Vols énervants des mouches une deux trois quatre puis trois une très téméraire mouvement de la main elle n’a pas bougé puis deux à nouveau quatre elles se reposent sur la surface lisse du pantalon semblent apprécier pareillement tournées à se frotter les pattes pendant que passent et repassent les bruyants bourdons qu’on a tous entendus l’été sous les arbres l’après-midi allongés.

4. Nuée de moucherons fraîcheur des fougères petites concrétions entre le loin du paysage et le loin de ce qu’on peut en dire sensations-mots-pensées qui s’intercalent il n’y a pas rien échappées histoires courtes où se dit tout ce qui peut se dire à cet instant-là puis passer à autre chose.

5. A la folie des papillons trouver des inventions.

6. Vol très haut des hirondelles le temps se couvre je reste assis sur ma chaise le temps se couvre.

7.  Pour nous hors des oiseaux le devant silencieux du paysage.

Tags